En 2013, il existe une petite niche vidéoludique rebelle, où toutes les folies sont encore permises et où le jeu vidéo demeure dans sa forme la plus pure : l’indie game ! C’est accompagné de Trunks que j’ai eu le plaisir de tester ce titre bizarroïde aux couleurs fluos et, autant vous le dire tout de suite, on a vraiment apprécié !

Mario sauce Ibiza

Rush Bros est une espèce de Super Meat Boy-like où vous devez vous mesurer à  votre adversaire en temps réel dans un speedrun effréné, avec pour seul objectif la ligne d’arrivée. Les 40 niveaux très techniques, rythmés à la sauce techno mettront vos nerfs à rude épreuve et comme si cela ne suffisait pas, un tas  d’items bonus  vous permettront de vous envoyer des petites vacheries compliquant encore le tout. Le concept est simple mais ô combien efficace !  On en vient même à se demander pourquoi personne n’a eu cette idée avant ? En écran splitté ou en ligne, pour une petite partie de 5 minutes ou une longue session de plusieurs heures, ce jeu sera le compagnon idéal pour un moment délire entre potes : fous rires garantis !

2 Be-Gamers pour le prix d’un

Vous l’aurez compris, ce jeu est fait pour se jouer à deux. C’est donc naturellement qu’avec Trunks on a pu vite se mettre d’accord pour une session gaming,  mercredi matin, qui déboulera sur un test rédigé en commun. Pour l’occasion, et parce qu’on aime innover,  on vous propose une formule un peu moins conventionnelle sous forme d’interview afin de vous faire partager nos impressions jumelées sur les différents aspects du jeu.

Quelle est la première chose qui vient à l’esprit en lançant Rush Bros ?

ShortCuT : Ce qui m’a frappé en premier, c’est la ressemblance flagrante avec Super Meat Boy que j’ai adoré. Les musiques technos sont super sympa, et voir les différentes pièges synchroniser leurs animations sur cette musique est très drôle. Le concept de « speed-run en versus » est juste et les fous rires sont au rendez-vous.

Trunks: Avec ce jeu, j’ai l’impression de revenir à l’époque Amiga/Atari ST. Un jeu 2D avec un style incroyable, une véritable identité visuelle, une bande son enivrante, un gameplay immédiat et le plaisir de défier immédiatement ses potes. Tout comme à la grande époque, on lance le soft et on joue!

Qu’est ce qui étonne le plus en jouant à ce titre ?

ShortCuT : Le jeu est réellement ardu et exige des sauts millimétrés et pas mal de persévérance pour passer certains niveaux. Le fait de jouer contre la montre et surtout contre son opposant nous force à la précipitation et rend les choses encore plus complexes. L’univers psychédélique est soigné et les stages sont tous très différents.

Trunks: Ce qui me frappe, c’est le plaisir immédiat, et ce malgré les aspects de compétition du jeu. En effet, le concept étant assez proche d’un Super Meat Boy, j’avais déjà peur de stresser et de rater tous mes parcours en me mangeant les obstacles un à un sans m’amuser. Et bien c’est tout à fait le contraire qui s’est produit. Le jeu, même s’il est exigeant à cause de l’ultime précision dont vous devez faire preuve pour avancer et battre votre adversaire, est tellement bien calibré, tellement bien pensé et tellement fun que vous ne pensez qu’à une chose: gagner. Et pour cela, je considère Rush Bros comme une canette de Red Bull, on en consomme et on pense qu’on est le king of the world et on joue comme une bête à essayer de mettre à l’amende son poto à côté. Effet placebo garanti! Une petite note pour la bande son qui d’origine vous offre des pistes dignes des plus grandes compilations electro du moment (j’exagère à peine) et qui vous plonge dans une ambiance hors du commun. Ajoutez à cela des décors qui se meuvent en fonction des différentes sonorités en suivant les basses percutantes pour déclencher tel ou tel piège. Quelle idée dantesque! Et si je vous dis que vous pouvez mettre vos propres MP3s, voilà la preuve que les concepteurs ont tout compris au plaisir à procurer dans un jeu vidéo. J’en vois déjà mettre leur Justin Bieber à fond, histoire de parcourir tranquillement les niveaux…

Y’a-t-il des choses manquantes ou que vous auriez aimé voir autrement ?

Lire aussi :  Jeux vidéos en Lego

ShortCuT : Le jeu est très plaisant en l’état, mais on aurait pu imaginer pouvoir s’affronter à 4 ou 8 joueurs. Il pourrait aussi miser davantage sur les items pour proposer des courses à rebondissements ou encore présenter des univers avec des styles musicaux très différents qui changent le gameplay.

Trunks: Tout comme Shortcut, je pense que la présence de rush à plus de deux joueurs serait une idée excellente. J’aurais souhaité aussi un peu plus de lisibilité en écran splitté et la possibilité de choisir de scinder l’écran à l’horizontale ou à la verticale selon les besoins de chacun. Mais j’avoue que le jeu est très bien pensé et qu’il fait le job ; pour un premier jet, c’est quand même très bien.

Qui est le plus fort entre vous deux et comment se sont déroulées vos parties ?

ShortCuT : Je dois reconnaître que Trunks est un bon adversaire, et les parties, bien que relativement équilibrées se sont souvent soldées par une victoire de sa part. Sa grande connaissance en musique de supermarché remixée par des dj de soirées camping doit y être pour quelque chose ^^

Trunks: Ta répartie me fera toujours éclater de rire. Faut bien se venger comme on peut quand on se mange quelques défaites d’affilée 😉 Le jeu est pensé de telle façon que l’on puisse s’en sortir. ShortCuT apprécie particulièrement les bonus qui font que le joueur adverse voient ses contrôles s’inverser ou le mettent carrément à l’envers, idéal pour les noobs sans skill!

Jouer à deux sur PC en écran splitté, c’est pas un peu bizzare ?

ShortCuT : Effectivement, on associe toujours le PC au FPS ou au MMO qui sont des jeux solo. Mais ici, avec le PC sur la TV, les manettes Xbox et l’interface Big screen de Steam, on avait l’impression d’être sur une console du futur. Pas de grande configuration et on peut s’amuser très rapidement. Avec la profusion de jeux indépendants sur PC qui ne sont pas sans rappeler l’âge d’or du jeu vidéo, il y a fort à parier que ce phénomène s’amplifie d’année  en année.

Trunks: Steam, Big Picture, deux manettes et roulez jeunesse. De nos jours, le PC est user friendly, on branche et on joue. Steam a démocratisé le jeu PC et a réussi à le rendre accessible aux salons. La convivialité et la chaleur des séjours de monsieur et madame tout le monde ne sont plus l’apanage des consoles, qu’on se le dise!

Alors pour conclure, quel note donneriez-vous au jeu et pourquoi ?

ShortCuT : Pour ma part ce sera 4/5, car quelques points sont perfectibles. Mais pour 10€ ça reste une très bonne affaire. Un chouette petit jeu sans prétention, fun et compétitif qui vous proposera 40 niveaux et une OST à couper le souffle. J’espère qu’il rencontrera le succès qu’il mérite et que le studio pourra nous gratifier d’autres jeux du même style.

Trunks: Tout comme Shortcut, je mets sans hésiter un joli 4/5. Pour un petit prix, on nous offre là un jeu bien fait, hyper fun, jouable en local comme en multi, personnalisable et qui donne envie d’y retourner. Un soft qui porte bien son titre de JEU vidéo. J’encourage vivement les développeurs à avoir une telle philosophie ; ça prouve qu’en 2013 on peut encore et toujours être agréablement surpris et que la scène indé a de beaux jours devant elle avec de tels représentants.

La bande annonce:

http://www.youtube.com/watch?v=YRidMDCKp1A