À la Gamescom, il y a pas mal de jeux à tester, notre premier arrêt se passe le stand d’Electronic Arts.

Nous sommes accueillis par un immense mecha tout droit sorti de Titanfall qui n’a rien à envier aux véhicules de Need for Speed Rivals. Les Sims 4 font également leur grand retour avec quelques nouveautés agréables.
Mais ce qui m’intéresse en premier lieu c’est de voir si la nouvelle déclinaison footballistique est à la hauteur des nombreuses promesses et de pouvoir également mettre mes mains sur la nouvelle Xbox One de Microsoft.

Avant d’attaquer la version next-gen, je me suis laissé tenter au petit jeu de la comparaison en découvrant la version Xbox360 de la simulation d’EA Sport.

En premier lieu, on sent bien que la Xbox360 est relativement correcte avec un framerate légèrement amélioré et un graphisme un peu plus poussé que l’opus 2013. On remarque également que pas mal de boulot a été abattu pour améliorer la fluidité dans le jeu de passe des différentes équipes.
On approche encore plus de véritables situations de jeu avec une amélioration majeure de l’inertie et du contrôle du corps des joueurs. Le travail des milieux de terrain se montre plus efficace et il n’est pas rare que les attaquants soient dépossédés plus rapidement du ballon.
Malheureusement cette évolution entraine une légère baisse de la vitesse du jeu.

Vu que la licence est déjà bien avancée, je n’ai pas constaté d’autres améliorations majeures.

Passons maintenant à la petite analyse de la version Xbox One.

Qu’en est-il de cette version ? Peut-on utiliser des superlatifs pompeux ? Ma réponse est clairement oui !
Grâce à la puissance de la nouvelle machine, tout est mieux, la modélisation des joueurs est grandiose, on constate un véritable fossé entre la version Xbox360 et sa petite sœur.
Il me semble que le jeu est encore plus fluide et que le contrôle de balle est encore amélioré. On ressent vraiment les impacts entre les différents joueurs et il n’est pas rare de voir l’un ou l’autre coup de coude pour gagner les différents duels.

Lire aussi :  Outland

Le plus gros point positif concerne le public. La version Xbox One franchit vraiment un cap et on ressent une véritable ferveur pour l’équipe qui joue à domicile. Le public a une vraie consistance, exit la marée de zombies simulant un comportement pseudo-humain et place à un vrai public qui réagit aux différentes actions par des cris à la suite de l’une ou l’autre action offensive.

Un autre détail amusant concerne le terrain de jeu, quelques brins d’herbe se soulèvent à chaque tacles ou tentatives de tirs cadrés, amusant bien que cela reste du détail.

Par contre, impossible de se faire une idée sur le nouveau Ultimate Team. On sait juste que des joueurs légendaires comme Pelé ou Lothar Matthäus seront disponibles.

Ces nouveautés démontrent encore plus la volonté d’EA Sport d’imposer leur franchise comme le jeu de foot à posséder sur la prochaine génération de console.

Lionheart_Mike