Trois ans avant Metal Slug, Data East balançait déjà du bon beat’m all à la sauce SNK jouable à deux, j’ai nommé le bon « Spin Master ». Retour en 1993 sur un des titres les plus fun de son époque…

AJk84zsYrl0

[i]Let’s go back in time ![/i]

Souvenez vous de l’année 1993… Pour ma part, je suis jeune et beau, la puberté n’a pas encore fait ses ravages et je joue… Oui, je joue énormément à tous les titres qui peuvent me passer sous la main, parce qu’à cette époque, on s’en fout des filles, nos amours c’est les consoles de jeux… En plus, à cette période de ma vie, j’ai une belle Neo-Geo et je découvre un titre auquel je vais rejouer sans cesse, seul ou avec un pote : « Spin Master » (à prononcer en criant Spiiiiiiiiiiiiiin Maaaaaaasteeer ! )

Ouais d’accord, c’est bien beau de ranimer la flamme de la nostalgie qui sommeille en chacun de nous, mais Spin Master, c’est quoi ? Alors, c’est l’histoire de deux héros : Johnny et Tom, habillés en cow-boys dont la petite amie, Mary, se fait kidnapper par un vilain savant fou. Le tout, dans un joli beat them all à scrolling horizontal à la manière de la série bien connue : Metal Slug. A vous de parcourir les niveaux, armé de votre yoyo, pour dézinguer tout ce qui bouge, récupérer la gente dame ainsi que les différents morceaux d’une carte au trésor…

https://www.be-games.be/blog/wp-content/uploads/2013/08/spin002.jpg

 

Pour son époque, le jeu bénéficie d’une belle réalisation et de graphismes mignons, fins et colorés. Son style cartoon plaira aux fans du genre, les héros ont de bonnes bouilles, les méchants font de drôles de tronches quand on les éclate, bref, c’est une réussite. Les musiques sont sympathiques même si elles ne sont pas destinées à rester dans les mémoires, les différents sons et les différents cris que poussent les adversaires ou les personnages principaux font sourire. Rien à redire, on a devant nous un titre réussi avec un potentiel de fun indéniable.

[i]Choose your weapon ![/i]

Il y a différentes façons de se débarrasser des vilains. Votre arme principale (que je vais développer plus bas), le saut sur la tête des ennemis et une glissade avec les pieds en avant. Votre arme principale au début du jeu c’est le yoyo que vous pouvez envoyer dans toutes les directions. Au fur et à mesure de votre aventure vous dégoterez des coffres en massacrant les ennemis et pourrez, ou non, opter pour une autre arme (boules de feu, pics de glace, bombes, missiles, gants de boxe ou shuriken…). A noter qu’avec une pression sur un bouton, vous déclenchez une super attaque qui défonce tous les ennemis à l’écran et qui est bien entendu limitée et différente en fonction de votre arme du moment.

Lire aussi :  LE DIMANCHE : JOUR DU GAMER

https://www.be-games.be/blog/wp-content/uploads/2013/08/spin04.jpg

 

[i]Là où on va, on n’a pas besoin, de route…[/i]

Au fil du jeu, vous ferez face à un bestiaire varié allant du vilain vautour au brigand armé en passant par les chauve-souris, les momies, les piranhas, en fonction bien entendu du niveau que vous êtes en train de traverser. Parlons-en des niveaux, ils sont au nombre de 5. Vous traverserez dans l’ordre :  l’aéroport, le désert, la muraille de Chine, la jungle aztèque , Rome et ses gladiateurs… Chaque niveau est lui-même divisé en petites sections avec parfois des descentes en chariot de mine ou en bateau… Ensuite, pour passer au niveau suivant il vous faudra venir à bout du boss qui se présentera devant vous.

https://www.be-games.be/blog/wp-content/uploads/2013/08/spin02.jpg

 

Afin de nous faire rejouer plusieurs fois, le jeu propose trois fins différentes en fonction du choix que vous faites pour la destination du trésor sur la carte, ce qui a pour but d’augmenter un peu la durée de vie qui est très courte pour ce style de jeu (en même temps, on parle ici d’un titre sorti en arcade et qui avalait quand même pas mal de pièces de 20 balles à son époque).

[i]Conclusion[/i]

Disponible sur la boutique Wii depuis novembre 2010, Spin Master est un de mes meilleurs souvenirs de l’époque sur Neo-Geo. Comme Metal Slug, le jeu est sympathique quand on y joue seul, mais à deux, le titre de Data East grimpe encore un échelon sur l’échelle du fun et vous permet de passer un agréable moment, malheureusement raccourci par sa faible durée de vie.