Les 15 consoles foireuses ActionMax02

Publié le 3 novembre 2012 par LordSuprachris

5

CONSOLE #01 : L’ACTION MAX : QUAND UNE CONSOLE OUBLIE SON ÉLÉMENT INDISPENSABLE.

Worlds of Wonders Action Max

L’Action Max avec tous ses composants… soyez attentifs.

Données techniques

Concepteur : Worlds of Wonders

Date de sortie : 1987

Voilà déjà la dernière étape de notre périple dans l’Enfer des Daubes, entamé il y a maintenant seize semaines. Après les projets foireux des grands noms du secteur, les lecteurs « tout en un » qui rivalisent de nullité, les portables insupportables et les OVNIs pas réussis, voici la console qui les surclasse toutes dans la foireuseté et l’absurdité.

Contexte historique

En 1987, le marché du jeu vidéo s’est remis en marche pour ne plus jamais s’arrêter. Le secteur est dominé par les géants japonais Nintendo et Sega, qui ne laissent que des miettes à Atari et consorts.

Comme au début de la décennie, plusieurs petites sociétés se lancent dans la course, inventant ou copiant un certain nombre de concepts. Parmi elles, on compte les américains de Worlds of Wonders, qui nous promettent monts et merveilles avec un nom pareil et sortent l’Action Max, pour un maximum d’action… Vous constaterez rapidement que c’est loin d’être le cas.

Un support de jeu particulier

Action Max avec boîte

« First Real Action »… mouais

Vu le coût de fabrication assez élevé des cartouches de jeu, WoW (non, rien à voir avec le MMORPG bande d’ânes) décide d’utiliser un autre support pour ses jeux. Les disquettes étant trop facilement copiables à l’époque et peu pratiques pour des consoles ne disposant pas d’espace de stockage pour installer leur contenu ou permettre d’utiliser des jeux répartis sur plusieurs disques, la firme doit innover. Non, ils n’ont pas utilisé le Laserdisc ;) Ils ont fait pire : la VHS ! Une grosse bande magnétique séquentielle comme support de jeu, c’est assez peu pratique et limite fortement l’interactivité du soft.

Pour capter les actions du joueur, un récepteur doit être placé dans le coin inférieur droit de l’écran avant de lancer le jeu. C’est un truc vraiment pas discret pour un sou : une grosse lumière rouge de la taille d’une demi-pomme, kitschissime à souhait. Quand la vidéo émet un signal lumineux précisément à cet endroit, cette lumière se met à clignoter, indiquant au joueur qu’il peut « interagir » avec le jeu. Quoique l’on fasse, la vidéo continue de défiler jusqu’à la fin du jeu, le « Game Over » étant tout bonnement impossible (comment ça « comme dans la plupart des jeux actuels » ? :) )

Originalité et variété ? Cherchez ailleurs…

Action Max The Rescue of Pops Ghostly

The Rescue of Pops Ghostly

Au total, cinq jeux seulement voient le jour sur Action Max, le succès très relatif de la console entraînant sa rapide fin commerciale et l’abandon des développements. Il faut reconnaître qu’en tant que programmeur, ça n’était guère réjouissant de devoir faire des jeux limités à une longue séquence vidéo agrémentée d’un flash lumineux à intervalles plus ou moins réguliers.

Action Max .38 Ambush Alley

.38 Ambush Alley

Tous ces softs partagent deux points communs : leur nullité extrême et leur concept, un gunshoot répétitif d’une heure environ, sans la moindre surprise ni le moindre embranchement. Ils fonctionnent tous de la même manière : la vidéo défile à vitesse constante et le joueur doit tirer vers l’écran quand le capteur clignote. Si le tir est synchrone avec la lumière, il est compté comme un « bonus » et augmente le score du joueur. S’il est en décalage, il compte comme un « malus » et fait diminuer le score du joueur. Le but du jeu ? Obtenir le meilleur score à la fin de la vidéo. C’est tout, ni plus, ni moins.

À noter qu’il est également possible de jouer à deux. Pour cela, chaque joueur doit disposer de son propre pistolet, ce qui implique d’avoir chacun leur console vu que cet accessoire n’était pas vendu séparément. Lorsque le signal de tir est donné, la console calcule les scores des deux joueurs simultanément.

Mais ?! Je les mets où mes jeux ?

Action Max Blue Thunder

Blue Thunder

Bon, d’accord, imaginons que je sois un pré-adolescent mal-aimé par ses parents en 1987 et que ces derniers, juste pour m’emmerder, m’achètent une Action Max plutôt que la NES que je leur réclame avec insistance. Je reçois la console, je l’ouvre, je la branche sur la télévision du salon, je prends la VHS du jeu fourni en bundle et… je le mets où ? L’appareil fait à la louche 25cm de long sur 15 de large et 4 d’épaisseur, sans emplacement prévu pour y insérer une VHS ! Ah merde, j’ai un modèle défectueux en plus, je le ramène donc au magasin. Là, le vendeur amusé me répond que c’est normal, cette console ne dispose tout simplement pas de lecteur pour ses jeux, il faut acheter un magnétoscope séparément et le relier à la console. MAIS C’EST QUOI CE BORDEL ?!?

Vous imaginez la scène dans un grand magasin aujourd’hui, si une console bien connue avait été conçue de la même manière.

Action Max Sonic Fury

Sonic Fury, le jeu fourni avec la console

Kèvin et Vanessa vont acheter une « Pléstécheune Triie » pour leur petit Donovan. Ils acquièrent donc le précieux appareil, l’emballent soigneusement et l’offrent à leur gamin de m***e mal élevé mais quand on voit les parents on a compris adorable bambin qui tient son charme de sa mère et son caractère de son père :)

Donovan déballe son cadeau comme un bourrin, Kèvin passe deux heures à brancher les trois câbles sur sa TV Plasma/LED Full-HD 158cm qui lui a coûté trois mois de chômage, s’enfilant 5 Carapils en chemin pour rester concentré. Une fois cette tâche herculéenne terminée, il veut mettre le jeu dans l’appareil et là, consternation et stupéfaction, le Blu-Ray du jeu ne va nulle part dans la console.

Kèvin et Vanessa retournent donc au magasin avec Donovan qui chiale et hurle comme un goret qu’on égorge halal, attrapent le vendeur et l’engueulent vertement :

- Kèvin : Wo, zyva, c’est quoi c’te merde que tu nous as vendue, on sait même pas mettre un jeu d’dans !

- Le vendeur : Mais monsieur, c’est normal, il faut acheter un lecteur Blu-Ray séparé pour pouvoir y jouer, maintenant les consoles se font sans lecteur de jeu.

- Kèvin : Ben tu peux t’la garder ta « Pléstécheune Triie » alors, c’est trop naze.

Et c’est ainsi que je gagne mon pari : j’ai parlé de la PS3 dans mon dernier article ! :D

Conclusion

Action Max HydroSub 2021

HydroSub 2021

Avec l’Action Max, Worlds of Wonders atteint à la fois le fond de l’abyme de la médiocrité et le sommet de la nullité universelle. Des consoles pourries, il y en a eu un paquet, mais là, je pense qu’aucune machine jamais conçue par l’Homme ne pourra la dépasser en foireuseté, ou alors ce sera volontaire. Une console sans lecteur de jeux, ce n’est même plus de l’incompétence, c’est de la bêtise crasse. Comme le disait Einstein : « tout est relatif ». Et bien, relativement à l’Action Max, la plupart des consoles présentées dans ce dossier sont des chefs d’œuvre !

Et voilà, c’est ici que se termine notre aventure au pays des consoles pourries. J’espère que ce (long) dossier vous a plu et vous aura permis de découvrir certaines « perles » vidéoludiques oubliées de l’Histoire. Je vous donne rendez-vous dans les prochaines semaines pour d’autres articles et compte sur vous pour nous rendre visite sur notre stand à la Made in Asia. D’ici là, restez connectés sur Be-Games !

Revoir la Halcyon!

 

LordSuprachris

Facebook0Google+11Twitter0Email

Tags: , , , , ,


A propos de l'Auteur

, collectionneur fullsetteur acharné, j'ai découvert les jeux vidéo en 1989 avec la NES et depuis lors ma vie est rythmée par les nouveaux jeux que je reçois. J'écris des tests et dossiers depuis l'âge de 10 ans, principalement sur les jeux Nintendo, Sega et depuis 4 ans Microsoft.


5 réponses à CONSOLE #01 : L’ACTION MAX : QUAND UNE CONSOLE OUBLIE SON ÉLÉMENT INDISPENSABLE.

  1. Vega says:

    Et bien, quel final! Le must du flop! Une console qui ne lit pas ses propres jeux, quelle honte! En tout cas, cette saga a été aussi passionnante qu’intéressante! Merci pour cet investissement et pour ce bouillon de culture comme on les aime sur be-games! Vivement le prochain dossier de notre Lord National! ;-)

  2. Wil2000 says:

    Ah p****n quel final grandiose! Dommage que ça se termine déjà (c’est toujours trop court quand c’est bon) mais quel apothéose, quel « grand final »! Des jeux sur VHS, j’aurais tout imaginé, mais là… O_o’

  3. spacecowboy says:

    Non mais d’où sortent-elles, ces consoles du malheur ? Et elle est sortie quand, cette merveille ? En 1987 ? Maman et papa, merci infiniment de m’avoir acheté une Master System.

  4. cyborgjeff says:

    fortiche ! Et à l’époque un lecteur VHS coute bonbon !

  5. DarkOuw says:

    Ah merde j’ai commencé par la fin… Remarque, je vais m’empresser de lire les 14 autres lol. En tout cas j’ai bien rit à partir de « Pléstécheune triie » x) trop drôle… tu as mérité ta place dans le top 4,5 de mes rédacteurs préféré lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page ↑