Deathsmile

Sorti sur bornes d’arcade en 2007, ce shmup est à ranger dans la catégories des manic shooters, c’est à dire des jeux à l’écran très rempli de boulettes, et où le perso que vous dirigez va très vite et a un hitbox (masque de collision) très réduit. ça permet de faire des esquives de folie !

T8cG1BG8Xwg

Comme tous les manic, celui-ci se boucle très vite si on le gave de “continue”. Mais ce serait passer à côté de l’enjeu essentiel du jeu: le scoring. Et là le jeu devient méchamment plus compliqué ! En effet, continuer revient à perdre tout son score… Pour scorer il faut jouer dans les modes les plus durs et ne jamais mourir. Je ne vais pas vous expliquer le scoring plus en détails, j’ai déjà posté un bien gros tuto [url=http://forum.shmup.com/viewtopic.php?f=18&t=11678]sur le site de référence du genre[/url].

Par contre, je vais juste insister sur un point, c’est que ce jeu est idéal pour commencer à se pencher sérieusement sur les shmups à score. Comme dans ce jeu on peut choisir sas difficulté avant chaque niveau, ce qui permet de bien doser ces parties. Et quand vous choisissez plus de 4 fois le niveau de difficulté max, vous entrez dans un mode “death” ou des boulettes suicide apparaissent quand vous tuez un ennemi… Pour un score de fou c’est ce qu’il faut faire, mais survivre longtemps avec ça est une autre histoire. Si vous vous contentez de 4 rank 3 et de rank 2, le jeu est dur mais tout à fait envisageable avec un peu d’entrainement sérieux.
Comme sur la galette il y a pas mal de possibilité de s’entrainer, les choses sérieuses sont envisageables (pas besoin de chaque fois tout refiaire pour s’entrainer sur un boss un peu coriace).

Lire aussi :  Adaptations des jeux vidéos au cinéma

Cette édition européenne comprend en plus beaucoup de modes différents, dont deux adaptés au double stick de la 360 (les deux modes normal 1.1 et MegaBlackLabel 1.1).
Pour le prix qu’il coute et avec l’OST, c’est plus qu’une affaire.