De Maris Bros à Clash of Clans en passant par GTA, Fortnite ou encore Assassin’s Creed, les jeux vidéo ont grandement changé nos habitudes et notre manière de profiter de notre temps libre. Pour certains, ils nous plongent littéralement dans un univers de possibilités infinies où la solitude semble inexistante. Pour d’autres, c’est une véritable passion, au point de le considérer comme un sport. Mais peut-on considérer le jeu vidéo comme un sport à part entière ?

Jeu vidéo, une pratique qui se rapproche du sport sur plusieurs points ?

Nos consoles sont à elles seules des ordinateurs. Elles embarquent une grande puissance de traitement, des capacités de stockage énormes et accèdent à internet. Le développement du mode multijoueur dans la plupart des jeux modifie notre façon de saisir le jeu vidéo et notre manière de jouer.

Jeux vidéo et sport

Un grand nombre d’organisateurs de tournois officiels comme l’E-sports World Convention (ESWC), la Major League Gaming (MLG) ou la Cyberathlete Professional League (CPL) révolutionnent cette manière de jouer en équipe en organisant des compétitions qui attirent les meilleurs acteurs mondiaux.

Pour certains joueurs, il est révolu ce temps où le jeu se vivait seul, en famille ou entre amis. Il est désormais question de se surpasser, exploser les scores et battre des records. La sensation de dominer le monde entier, manettes à la main et assis devant son écran est devenu plus gratifiant. Des équipes se constituent, par affinité et par compétence, avec ou sans soutien et avec pour seul objectif : gagner.

Championnat jeu vidéo

À l’image des sports populaires et plus connus comme le football, la natation ou le judo, cette nouvelle façon de pratiquer le jeu vidéo est aussi devenue, ou en tout cas perçue comme tel, un « sport ». Néanmoins, contrairement aux sports conventionnels, ce « sport moderne » ne constitue pas une activité physique au sens strict du terme. Toutefois son fonctionnement s’y rapproche assez.

Lire aussi :  FIFA 2013

En effet, une équipe ou clan e-sport est composé de joueurs, mais aussi d’entraîneurs, de managers, dispose de sponsors et d’un programme rigoureux d’entrainement permettant ainsi à chaque joueur de développer son potentiel : amélioration de réflexe, une meilleure communication et le plus important, l’esprit d’équipe. De plus, de nombreux tournois sont organisés et les fans ne cessent d’augmenter.

Tous les jeux ne font pas partie de l’e-sport

Un nombre très restreint de jeux font partie de l’e-sport du fait des critères de sélection très précis et difficiles à rassembler dans un seul et même jeu. On parle notamment de la dextérité, du temps de réaction-vigilance-précision, de la réflexion, de la patience, de la coordination, etc.

Pour parler d’e-sport, on peut notamment citer Dota 2. Il s’agit d’un jeu multijoueur de type arène de bataille développé par Valve Corporation. Il bat tous les records de prix depuis 2015 où son « prize pool » total s’élevait alors à plus de 18 millions de dollars.

La 9e édition de The International Dota 2 qui a connu son épilogue le dimanche 25 août à Shanghai, a vu l’équipe gagnante (OG) empocher plus de 15 millions de dollars de récompense avec un prize pool total de plus de 34 millions de dollars, établissant ainsi le record du plus grand prix de l’histoire de l’e-sport.

Alors sport ou pas, chacun se fera son idée, mais en attendant les jeux vidéo ont encore de beaux jours devant eux.