[size=150]DAIMA… QUOI ???[/size]

https://www.be-games.be/images/Bal/Daimakaimura%20arcade/daimakaimuratitle.jpg

DaiMakaimura ou, plus simplement, ghouls’n’ghosts:

Titre : DaiMakaimura
Date de sortie : décembre 1988
Machines : Arcade
Développeur : Capcom

Il était une fois…:

Sorti fin des années 80, ce jeu vous met dans la peau du roi Arthur, un chevalier qui apprécie se balader en caleçon américain blanc à cœurs rouges. J’ai découvert ce jeu pour la première fois dans une salle obscure près de mon école et j’ai été immédiatement attiré par la musique…
Quelques pièces de monnaie plus tard (2x5fr la partie), j’étais accro, plus moyen de m’en séparer, la magie gobeline opérait !
Délaissant Tetris© qui faisait pourtant partie de mes top games, j’y ai laissé à la fois pas mal de pièces et de temps, sans toutefois pouvoir en voir la fin.
Depuis quelques temps, j’ai réussi à le trouver en jamma board (carte mère arcade) en original, boudiouss, que de souvenirs qui ressortent à l’écoute de la bande son et que de nouvelles sensations de pouvoir y rejouer sans mettre de pièces… 🙂

https://www.be-games.be/images/Bal/Daimakaimura%20arcade/ghoulsnghosts.jpg

Synopsys:

Le roi Arthur doit combattre Lucifer afin de libérer les âmes que ce dernier a dérobées, dont celle de sa bien aimée, la princesse Prin Prin (non, ça ne s’invente pas!).

Pour remporter la victoire, le roi Arthur doit terminer le jeu non pas une fois, mais bien deux et croyez moi, cette deuxième partie apporte tout son charme au jeu. En effet, si vous pensiez avoir souffert pour le finir la première fois, abandonnez tout espoir d’achever la seconde!

https://www.be-games.be/images/Bal/Daimakaimura%20arcade/ghoulsnghosts053.jpg

Lors de la première victoire, vous débloquerez en effet une arme secrète, le psycho-canon (oui, comme dans cobra !) permettant d’entrer dans la chambre de Lucifer et de le battre. Vous comprendrez donc l’importance de cette dernière.

Game Play:

Si le jeu est difficile, presque à la limite du supportable, le gameplay est quand à lui au top. Les commandes réagissent bien, voire très bien, ce qui vous comblera de bonheur lorsque vous réussirez un stage. Cela vous forcera aussi à ne vous en vouloir rien qu’à vous lorsque vous échouerez. Ces échecs seront bien plus nombreux que les victoires.
Vous disposerez de 3 vies en démarrant et vous pourrez en récupérer en suivant la logique suivante:

https://www.be-games.be/images/Bal/Daimakaimura%20arcade/1052657781.gif

Cependant, ne rêvez pas, ces nouvelles vies ne vous aideront pas forcément à terminer ce jeu!
Vous commencerez avec l’armure de base, gris acier, rien de particulier. Après quelques minutes, vous devriez avoir trouvé une armure dorée, déjà légèrement plus puissante qui vous permet de lancer un sort spécial lorsque vous chargez le tir, un peu à la manière de R-Type.
La meilleure armure pour la fin, l’armure d’émeraude, vous mettra limite en transe, cette dernière étant largement plus intéressante !
Niveau boutons, vous n’aurez que 2 boutons à gérer et ceci sera largement suffisant, étant donné qu’il suffit de sauter et tirer, le reste étant livré au joystick.

Technique

Sorti à l’origine sur CPS, il sera par la suite adapté sur quasiment tous les supports. Cela confirme le succès de ce petit bijou auprès des joueurs, on veut du jeu bien gras, bien dur à digérer!

Lire aussi :  Fracture (2008)

L’originalité de ce titre passe surtout par ses graphismes. Peu importe la version ou le support, aucune adaptation n’est laissée pour compte, la musique est toujours aussi prenante et les graphismes aussi fins, à la fois sur NES ou en Arcade.

Ci-dessous, vous trouverez une petite liste non-exhaustive des plateformes adaptées :

Arcade:
CP System, Mega-Tech,…

Ordinateurs:
ZX Spectrum, Commodore 64, Atari ST, Amstrad CPC, Amiga, Sharp X68000,…

Consoles:
Mega Drive, Nes, SNES, SuperFamicom, Master System, SuperGrafX, PlayStation, Saturn, PlayStation 2, Xbox,…

Consoles portables:
PlayStation Portable, GameBoy color,…

La différence majeure entre ghost’n’goblins et ghouls’n’ghosts tient surtout au changements d’armures et finesse des animations. Ces dernières étant bien plus détaillées et réussies dans ghouls’n’ghosts que dans le premier volet. Ceci étant, il faut recentrer les faits dans leur contexte, le premier est sorti 3 ans plus tôt et la technique n’était pas aussi avancée.

Évolution et influence:

Le jeu a été décliné sous pas mal de versions et supports différents mais une chose reste constante, la difficulté.

https://www.be-games.be/images/Bal/Daimakaimura%20arcade/supergngvc.gif
[i](admirez au passage la qualité de l’image pour un jeu datant de 1988 !!)[/i]

Au début du jeu, appelé alors Ghosts’n’Goblins, vous ne pouviez  ni tirer en l’air ni en bas, ce qui est possible dans Ghouls’n’Ghosts. Cette innovation va permettre pas mal de chose ma foi fort sympathiques, comme sauter par-dessus un ennemi et le dégommer avec une lance plantée de haut en bas !

Clairement influencés par la mythologie du roi Arthur, les p’tits gars de chez Capcom n’en oublient pas moins leurs propres origines. En effet, les fantômes chinois et autres diableries seront légions (de Satan !), les différents ennemis vous feront passer un sale quart d’heure et que dire des bosses de fin de niveau? Ces derniers peuvent être difficiles voir très (trop ?) ardus pour certains. De quoi rendre vos victoires encore plus savoureuses.

Concepteur: Tokuro Fujiwara, S. Yoshimoto, H. Yamamoto

Pour l’histoire, Tokuro Fujiwara, c’est le “papa” de quelques jeux faciles du genre megaman, pooyan, bionic commando et j’en passe…

La conclusion SUBJECTIVE de BAL :

Comme beaucoup de jeux Capcom, il est difficile, mais c’est tellement bon de réussir à terminer un jeu si exigeant. Dès que vous aurez gouté à ce petit bijou, vous serez totalement accro. En effet, la musique est entraînante à souhait, les graphismes sublimes, et que dire des différentes armures avec pouvoirs attitrés (d’émeraude, d’or) qui titilleront votre nostalgie et vous rappelleront les chevaliers de bronze et d’or du cultissime Saint Seya.

Je vais tenter de faire une conclusion objective :

– Jeu dur, très dur
– Jeu beau, très beau
– Musique au top

Évaluation : 4,5/5
Maniabilité : 4/5
Graphismes : 4/5
Son : 4,75/5
Originalité : 4,5/5
Durée de vie : 5/5
[color=#BF0000]Note Finale : 4,46/5[/color]

https://www.be-games.be/images/Bal/Daimakaimura%20arcade/genghouls03.jpg

[i][color=#8000BF]et n’oubliez pas, restez joueurs ![/color][/i]