test

Multi L'agent Pendrew, votre chef, un peu tête brulée.

Publié le 28 août 2012 par Lionheart_mike

7

Sleeping Dogs : Le test de Be-games

Destiné à l’origine à être le troisième volet de la saga True Crime (comprenant True Crime : Street of L.A. et True Crime New York City édités par Activision),  ce projet ne verra jamais le jour, pour des raisons inconnues. C’est alors que Square Enix entre en scène, décide de récupérer cette licence abandonnée et d’en faire le titre qui fait couler beaucoup d’encre depuis quelques années, le tout bien nommé Sleeping Dogs.  Voyons voir ensemble si ce jeu est finalement à la hauteur de ses aînés et si Square Enix a fait le bon choix en pariant sur ce titre.logoTM

Une visite à Hong Kong, ça vous tente ?

Vous incarnez Wei Chen. Ce malfrat hongkongais n’a pas connu des débuts idéaux et décide de s’exiler aux Etats-Unis afin de toucher au rêve américain, en suivant une formation de policier. Fraichement promu, il est envoyé à nouveau à Honk-Kong pour devenir un infiltré au sein même des Triades, en intégrant le gang des « Sun-on-Yee ».
Sa mission principale est de mettre à genoux la terrible organisation et par la même occasion, de se venger de la mort de sa sœur, victime de la drogue d’un dealer des Triades.
Pour ce faire, Wei doit réaliser plusieurs missions dans ce monde sans pitié (exécutions, vols, extorsions,…) mais étant avant tout un policier, il peut également accomplir des missions pour aider ses collègues hongkongais à résoudre certaines affaires.

La réussite de ces missions apporte des améliorations de stats, les missions de Triades ouvrent la porte à des améliorations de force de frappe tandis que les missions de police apportent des améliorations permettant de réaliser certaines actions, sans attirer l’attention (comme par exemple, désarmer un passant sans violence).
Petit détail intéressant lors des missions de police, vous serez récompensés si vous roulez correctement et que vous respectez le code de la route. Bien sûr, on arrive vite à foncer sans respecter la moindre interdiction tellement le trafic se veut dense et peu perméable.

Ce qui étonne lors des premières parties, c’est le taille relativement impressionnante du territoire à explorer et le respect du développeur pour la ville de Hong-Kong. On se sent vraiment petit dans cette ville. L’ambiance  est parfaitement rendue, via des musiques orientales dans certains quartiers et les cris des commerçants dans d’autres. Il est amusant de croiser au début de l’aventure un stand animé pour une boisson énergisante ou encore une démonstration de la danse du dragon sur une scène improvisée dans l’arrière cour d’un restaurant.
Le jeu fourmille de détails en tous genres via des PNJ qui s’affairent à leur propres occupations. Ils achètent des marchandises, parlent entre eux, tout est mis en œuvre pour rendre l’aventure la plus immersive possible.

Comme tout bon GTA-like qui se respecte, vous pouvez déambuler dans les rues afin de découvrir plusieurs éléments secrets, dont des coffres gardés ou non par un ou plusieurs ennemis. Vous pourrez également profiter des différentes boutiques pour acheter des nouvelles tenues (certaines apportant plusieurs bonus non négligeables en combat). On prend donc un réel plaisir à errer dans Hong-Kong. La densité de population hongkongaise n’est quant à elle pas toujours respectée mais passons ce détail…

On parle avec nos poings !

C’est un fait, dans Sleeping Dogs, le joueur est amené à combattre souvent, voire même très souvent. Les toutes premières phases de jeu vous immergent dans l’aventure en expliquant petit à petit les diverses façons de mettre vos adversaires au tapis, via un système de combat plutôt évolué pour ce genre de titre.

Les développeurs ont reçu l’aide du professionnel de MMA, Georges « the rush » St Pierre, qui leur a permis de travailler sur une panoplie de coups réalistes, basés sur sa propre expérience.
Le système de combat se veut assez similaire à celui mis en place dans le jeu Batman Arkham Asylum, basé sur des combos plus ou moins longs et des contres. Ils ont été agrémentés de quelques idées très sympathiques comme l’utilisation des décors pour réaliser certains « finishing moves » assez violents. Un système de contre permet de désarmer les opposants pour retourner leurs armes contre eux. Par contre, attendez-vous à un challenge de taille car les combats ne sont pas des plus simples.  Wei est souvent confronté à plusieurs ennemis en même temps, ces affrontements se terminent souvent en défaite si on n’a pas eu l’idée de correctement contrer les adversaires.

Malgré tout, on prend rapidement ses marques et les combats finissent par devenir des véritables chorégraphies alliant à la perfection kung-fu et combat de rue.
Certes, ce n’est pas Virtua Fighter mais vous aurez besoin d’au moins quatre boutons pour assurer des enchaînements efficaces, en jonglant entre contre, attaque simple, attaque forte et utilisation de l’environnement.

Le jeu parfait n’existe pas encore.

Malheureusement, tout n’est pas encore parfait dans Sleeping Dogs. D’un coté, on peut  être un peu déçu par certaines textures qui se révèlent inégales ou par une animation parfois saccadée sur certaines scènes cinématiques, mais rien de bien méchant car le jeu est beau pour un jeu console (vu que je ne teste pas la version PC, il m’est difficile d’émettre un avis sur cette plate-forme). On sera néanmoins surpris par le manque de régularité dans les graphismes. Les effets de pluie sont par exemple somptueux, fouillés et nets. A coté de cela, les yeux et l’effet constant de flou dans les décors sont beaucoup moins remarquables.L’intelligence artificielle souffre du syndrome « Assassin’s Creed », c’est-à-dire que les ennemis arriveront par groupes de 3 ou 4 à la fois pendant que leurs coéquipiers resteront en retrait en attendant leur tour.

Lors du test, une des missions s’est terminée d’une façon étrange, mon véhicule partant en dérapage, a bloqué le véhicule ennemi contre un mur, l’empêchant d’avancer ou de reculer. C’est alors que la réussite de la mission m’a été accordée. On a l’impression que le moteur du jeu n’est pas parvenu à interpréter cet événement et a octroyé la réussite de la mission.
On peut aussi regretter que l’on n’a pas le libre choix de son camp. Dès le début de l’aventure, on enchaîne les missions sans pouvoir privilégier les missions de Triades à celles de la police et inversement.
Vega, qui a également testé le jeu mais sur Xbox 360, a subi des lags et bugs trop fréquents également. Par exemple, un ennemi se retrouve en dessous du sol, sa tête dépasse, il devient intouchable mais lui peut vous toucher. Ce genre de bugs seront vraisemblablement rectifiés via les prochaines mises à jour mais ils sont regrettables et par moment rédhibitoires.

Scénario à la hauteur d’un bon movie game ?

Sleeping dogs repose sur un scénario inspiré de Infernal Affairs, dont le remake réalisé par Martin Scorsese, les infiltrés, est plus connu du grand public. Ce film est une merveille du cinéma asiatique et offre des twists surprenants, de l’action, une maitrise de l’image et des acteurs au jeu dur et sincère. Même si Sleeping Dogs souffre de quelques errances graphiques, dont les yeux vides des personnages, on parvient tout de même à se plonger dans l’histoire. Le héros, de par sa position d’agent double, se retrouve souvent confronté à des situations ambiguës qui nourrissent le script. Inviter le cinéma ASIA au pays des jeux vidéo, c’est audacieux. Admettons que la comparaison entre les deux scénarii est aussi ingénue qu’euphorique mais pour un jeu aussi ouvert que celui-ci, on se laisse bercer par l’histoire avec beaucoup de plaisir.

Test réalisé avec la participation de Vega, merci à lui !

Video









Share on Facebook9Share on Google+0Tweet about this on TwitterEmail this to someone
Sleeping Dogs : Le test de Be-games Lionheart_mike

Conclusion : Il faut avouer que Sleeping Dogs n'est pas exempt de défauts et peut se révéler parfois inégal. Les détracteurs du titre pourront pester sur l'aspect graphique des textures des visages parfois un peu bizarres ou sur quelques chutes de frame-rate durant certaines phases. On attendait la révolution de GTA, force est d'admettre que les fondements du jeu sont sensiblement identiques à son ainé. Néanmoins, ces quelques défauts ne doivent pas vous freiner à tenter l'expérience Sleeping Dogs. Il serait dommage de passer à coté d'un titre avec un scénario aussi riche, prenant place dans l'univers violent et adulte des Triades, au service d'une réalisation fouillée et ambitieuse.

4



Tags: , , , , , , ,


A propos de l'Auteur

Rédacteur sur Be-Games, 30 ans dont 21 au service du jeu vidéo, fan d'animé et de mangas. Du stick Arcade à la manette, tout est bon pour s'adonner à sa passion.



[fbcomments width="620" scheme="light" linklove="off" count="off" num="5" countmsg="Commentaires"]

7 réponses à Sleeping Dogs : Le test de Be-games

  1. klein88 says:

    c’est une bonne note, le jeu a l’air pas mal

  2. Vega says:

    Perso, j’ai joué 5 heures et je commence à maîtrisé qqes techniques de combat, ainsi que mon véhicule, et pour un open world, l’aspect technique de chaque discipline est très poussé. C’est une des grandes qualités du titre…
    Très bon jeu, trop proche de gta 4 pour moi mais quand même « indispensable » 🙂

  3. yunina says:

    Il a l’air plus que sympa ^^ Mais je vais attendre quand même une baisse de prix car pas possible de me l’offrir pour le moment ! En tous cas merci pour le test

  4. LordSuprachris says:

    @yunina : tu peux tjs tenter ta chance au concours Be-Games, il y a un exemplaire à gagner 😉

    Le jeu a l’air pas mal mais je ne suis pas un grand fan des mondes ouverts où on peut faire « tout ce qu’on veut », ça cache souvent artificiellement une durée de vie très courte du scénario principal.

    • Lionheart_mike says:

      Le scénario possède une durée de vie assez correcte pour un jeu de ce genre, le scénario est bien tracé et ne part pas dans tous les sens comme dans GTA 4 où à chaque nouvelle mission secondaire, tu perds le fil du scénario principal.

      Je pense que c’est une marque de fabrique de la franchise True Crime… un scénario intéressant qui n’est pas « perturbé » par des dizaines et des dizaines de missions annexes…

  5. DidJ says:

    le jeu à l’air sympathique 🙂

  6. ShortCuT says:

    Chouette compte rendu sur un titre que j’attend depuis un moment et pour lequel j’avais assisté à la preview.
    Je le prendrai plus tard… j’ai trop de jeu en cours mais je l’oublie pas.
    Le film « Infernal affairs » est vraiment bon et dispose de plusieurs versions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page ↑